icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

CD : le Chansonnier de Louvain

Chansonnier de Louvain

  • « Leuven Chansonnier »
  • Pièces de Johannes Ockeghem, Gilles Binchois/Guillaume Du Fay, Michelet, Gilles Mureau, et d'anonymes
  • Sollazzo Ensemble
  • 1 CD Editions Ambronay / Passacaille : AMY054 / PS1054 (Distribution : Harmonia Mundi)
  • Durée du CD : 62 min 02 s
  • Note technique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)

Ce disque de musique du XVème siècle est une découverte. Celle d'un manuscrit musical de chansons datant des années 1470-1475, vraisemblablement de la vallée de la Loire. Plusieurs pièces ont pu être attribuées à des musiciens de l'époque, alors que bien d'autres restent d'auteurs inconnus. Un florilège en est présenté par un ensemble, Sollazzo, qui s'est déjà taillé une solide réputation dans ce répertoire.

Le manuscrit de ce recueil de chansons, ou ''chansonnier'', a été exhumé en 2015, à Louvain. Le propriétaire en étant inconnu, on l'a dénommé ''Leuven Chansonnier'', du lieu de sa découverte. Il se compose de 50 morceaux, dont une pièce religieuse en latin suivie de 49 chansons en français. Celles-ci sont bâties sur le schéma d'un refrain qui émaille plusieurs strophes. Certaines d'entre elles ont pu être attribuées à des maîtres flamands du XVème. Ainsi de Johannes Ockeghem (c.1410-1497). Comme ''Ma bouche rit'', morceau intimiste où la voix de soprano est accompagnée de la seule vielle. Ou ''Fors seullement'' (épargne seulement), lamento à trois voix, d'abord a capella, que rejoint discrètement la vielle. De Gilles Binchois (c.1400-1460), voire de Guillaume Du Fay (1397-1474), la chanson '' Je ne vis onques la pareille'' (Je n'ai jamais vu votre égal) voit le petit ensemble instrumental mené par la flûte traversière. Ou cette pièce d'un certain Michelet ''S'il advient que mon dueil [chagrin] me tue'' : introduit par la flûte, ce chant de tristesse connaît une certaine animation avec l'entrée de la voix de soprano. Gilles Mureau (c.1450-1512) offre un chant résolument polyphonique avec ''Je ne fays plus'' (Je ne fais plus).

On découvre de même bien des pièces attachantes d'auteurs restés anonymes. Ainsi de ''Tant est mignonne'', où la voix (de soprano) dialogue avec le luth. Dans ''J'ay pris amours'', le duo de voix féminine (soprano) et masculine (ténor), d'abord a capella, est relayé par le luth dans un irrésistible crescendo. ''Escu d'ennuy'' (bouclier d'affection) est un autre profond lamento d'une belle expressivité. ''Ravi d'amours, despouveu de bon sens'' est une longue plainte amoureuse languissante. D'autres chansons évoluent dans un registre plus gai. Comme ''Henri Philippet'', dansant, ou ''Tousdit vous voit mon souuenir'' (Ma mémoire vous voit toujours), très animé.

Les qualités de l'Ensemble Sollazzo, fondé en 2014, ont vite été repérées par le CCR d'Ambronay qui, après l'avoir inscrit dans son programme eeemerging, le sélectionne comme ensemble associé pour la période 2018-2020. Ces spécialistes du répertoire de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance avaient déjà attiré l'attention avec leur premier CD, ''En Seumeillant'', paru en 2018 chez ce même label. Il est ici composé de trois chanteurs, deux sopranos et un ténor, et de quatre instrumentistes, deux vielles, luth et flûte traverso. Le nuancier est large chez les uns et les autres : pureté angélique des voix de soprano, en particulier dans le registre pianissimo, d'une douceur extrême, raffinement des instruments et délicatesse de jeu. Car ces chansons bénéficient d'un accompagnement qui suit fidèlement la ligne de chant, parfois agrémentée d'une ornementation du luth ou de la flûte.

L'enregistrement à l'église Saint-Augustin d'Anvers, dans le cadre d'AMUZ, festival de Flandre-Anvers, est intimiste et d'une vraie clarté, offrant une intéressante spatialisation des protagonistes, voix et instruments.

Texte de Jean-Pierre Robert

CD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework