Accueil  |  ZeGreen  |  TopAudio  |  HD Smart Home  |  Showroom
icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test platine analogique Elac Miracord 90 Anniversary : Back to the root

ELAC Miracord90 ONtopAudioAward

Comment mieux fêter ses 90 années d’existence qu’en retournant à ses racines ? C’est ce que la marque allemande Elac, autrefois spécialisée dans la production de platines vinyles, a fait en lançant ce modèle Miracord 90 Anniversary. Rien, dans la conception de cette platine n’a été laissé au hasard, c’est un produit totalement abouti, chaque détail ayant été travaillé avec ingéniosité.

---------
RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES EN LIGNE.
---------

Aujourd’hui, nous connaissons surtout la marque Elac créée en 1926 par trois ingénieurs en acoustique (Hecht, Rudolph et Hahnemann) pour ses enceintes acoustiques magnifiquement réalisées et des technologies propriétaires comme son fameux tweeters Jet, une création qui remonte malgré tout au début des années 90. Mais, Eelle fut aussi dans les années 1950 une marque connue pour des platines vinyles avec notamment son tout premier modèle, un change-disque comme on le disait à l’époque, totalement automatique ; le PW1 à entrainement par galet lancé dès 1948. Ce fut ensuite une longue suite de la platines dont celle de la gamme Miracord qui connut un réel succès à l’époque (d’où le nom de notre Miracord 90 Anniversary d’aujourd’hui). Elac cessa de produire des platines ou électrophones vers les années 1980 lors de l’arrivée du CD. Elle a donc concentré ses efforts depuis sur la réalisation d’enceintes acoustiques en ne cessant d’apporter sa part d’innovation comme ce tweeter à ruban plié Jet montant jusqu’à 35 KHz et des haut-parleurs à membrane aluminium et ce avant tout le monde.

Nous recevons donc cette Miracord Anniversary 90 avec une certaine émotion, cette dernière nous faisant replonger dans une époque bénie pour le vinyle et qui refait surface depuis quelques années.

Elac PW1

Compacte mais bougrement ingénieuse

En créant cette Miracord Anniversary 90, Elac n’en a pas oublié ses anciennes productions  qui se devaient d’être compactes et faciles d’emploi. Elle avoue, en effet, des dimensions somme toute raisonnables : 47 cm de large, pour une profondeur de 36 et une hauteur totale de 17 cm. Composée tout d’abord d’un châssis principal en MDF (plaque en fibres de bois haute densité), elle est ceinturée par deux plinthes (devant et derrière) en aluminium anodisé, le tout ne pesant pas moins de 5.5 kg. Une plaque faite dans la même matière recouvre le dessus de ce châssis, elle se décline en quatre finitions :  blanche ou noir laquée, et noyer brillant ou laqué,  les deux flancs en aluminium sont disponibles en deux versions : noir ou argent suivant le modèle. Ce châssis, comme la platine au grand complet, repose sur quatre pieds en silicone qui sont fixés à une plaque lourde en métal qui forme le dessous de l'Elac Miracord 90 Anniversary. Ces pieds offrent un amortissement très efficace face à toutes interférences externes et internes. Ces derniers n’étant pas réglages en hauteur, il faudra donc absolument poser cette magnifique platine sur un support à niveau.

Miracord90 Details 5

Un moteur doublement suspendu

Le système d’entrainement à courroie utilise un moteur à courant continu placé à l’avant gauche de la platine. Elac a fait un gros travail sur le découplage de ce moteur puisqu’il bénéficie d’une double suspension. Tout d’abord fixée à une petite plaque métallique, celle-ci est découplée du châssis par trois fixations souples grâce à des rondelles de caoutchouc, ce moteur est ensuite encapsulé dans un bloc en aluminium, lui-même découplé par deux rondelles en tissu ce qui n’est pas sans nous rappeler les spiders d’un haut-parleur. Rappelons qu’un spider comme la suspension périphérique d'un haut-parleur sert à guider mais surtout à contrôler les mouvements de la membrane. L’application de cette technique pour « suspendre » un moteur est d’une réelle ingéniosité : du jamais vu jusqu’à présent.

Ce moteur est alimenté par un bloc d'alimentation secteur extérieur qui se fixe à la platine via une prise DIN 3 broches située à l’arrière de la platine. Le changement de la vitesse (33trm et 45 trm) se fait électroniquement (nul besoin de toucher la courroie pour cette opération) grâce à une molette placée aux pieds du bras. Cette molette a d’ailleurs une double fonction : permettre le changement de vitesse et la vérifier grâce à des diodes qui changent de couleur une fois la bonne vitesse atteinte (du vert au blanc). Si besoin, un pitch de plus ou moins 5% offre un réglage fin de la vitesse souhaitée, la bonne rotation étant contrôlée par un capteur optique dissimulé sous le plateau.

Miracord90 Details 6

Un couple palier/axe bien pensé et une cellule adaptée

Le lourd plateau de 6.2 kg est en aluminium usiné dans la masse. Elac fournit un couvre-plateau en feutrine mais il n’est pas interdit de le changer pour un modèle en liège, en cuir ou même en méthacrylate : nous les avons essayés d’ailleurs. Ce plateau repose sur un second plateau en métal coiffé par 4 rondelles en caoutchouc de couleur bleue afin d’offrir un amortissement supplémentaire. C’est sur cette pièce qu’est fixé l’axe en acier trempé qui plonge dans une gorge en bronze, le minimum de friction étant assuré par une bille de rubis de 8 mm de diamètre, l’ensemble baignant dans une sorte de graisse assez épaisse. Pour rappel, le rubis est l’un des plus durs matériaux après le diamant.

Elac fournit cette platine avec un bras de sa conception. Il s’agit d’un bras droit fabriqué en Allemagne et développé spécifiquement pour la Miracord 90 Anniversary. Le tube est composé de fibres de carbone, la base comme le reste des pièces mécaniques sont, eux, tout en aluminium. Ce bras fait appel à un système à deux cardans latéraux et l’anti-skating est confié à un petit fil alourdi par un petit poids en métal. Le contre-poids à l’arrière ne comporte pas d’indication, l’utilisation d’une balance semble nécessaire au bon réglage de la force d’appui de la cellule. En le tournant sur son axe, on constate une certaine résistance, ce qui laisse supposer un ajustement mécanique sans faille.

Elac Miracord904

D’origine, cette Miracord 90 Anniversary est livrée avec une cellule développée pour elle par Audio-Technica sur la base d’une AT440 (vendue habituellement entre 200 et 350 €). Cette cellule reprend le profil de diamant Micro-Line assemblé sur un cantilever conique en aluminium. Son moteur à structure VM Dual est composé d'un double aimant et des bobines Para-torïdales avec des conducteurs en cuivre très pur PCOCC. Sa compliance très élevée (40 x 10-6cm/dyne) l’autorise à fonctionner sur des bras légers et la force d’appui recommandée est de 1.4g. Un choix judicieux pour ce bras qui reste quelque peu rudimentaire quant à ces possibilités de réglage.

---------

À LIRE AUSSI : NOS AUTRES TESTS DE PLATINES VINYLES
---------

Écoute :  mieux qu’un retour aux origines

Nous avons débuté ce test avec la platine telle que sortie de son carton d’emballage, c'est-à-dire sans palet presseur et avec son couvre-plateau en feutrine, et c’est aussi l’avantage du vinyle, nous avons essayé ensuite d’en tirer encore plus de musicalité en changeant certaines choses. Eh bien, après avoir essayé deux couvre-plateaux, le premier en liège et le second en méthacrylate, nous sommes revenus à celui fourni d’origine. Même chose pour le palet presseur dont nous avons doté cette Elac, cette dernière a un meilleur équilibre général sans. Il semble évident que tout a été conçu pour qu’elle fonctionne au mieux dans sa configuration de base, ce qui est une bonne nouvelle pour notre porte-monnaie.

Cette Elac Miracord 90 Anniversary offre immédiatement un aigu d’une exquise luminosité tout en restant d’une richesse et d’une variété de timbre réellement élégante. Certes, elle n’a pas le côté dégraissé d’une Transrotor Max mais son équilibre tonal est clair, tonique et en même temps elle arrondit les angles avec un médium charnu et un bas du spectre assez fourni. Le mariage du bras, de la platine et de sa cellule est particulièrement réussi.  Toutes ces qualités réunies, nous avons donc affaire à une restitution plutôt généreuse avec un léger effet physiologique, qui apporte sa contribution en plaisir d’écoute, les albums s’enchainant sans aucune agressivité mais avec un charme certain. Nous pourrions dire que cette Elac est assez extravertie (surtout par rapport à la neutralité de la Transrotor) mais cette caractéristique donne tout son charme à l’écoute des disques analogiques.

Keith Jarrett The Koln

C’est donc une platine chantante, une platine qui ne va pas mettre tous les détails des prises de son en avant, elle va plutôt les intégrer dans une globalité sonore charmeuse et pleine d’émotion. Et ça c’est bien le terme adéquat pour la décrire au mieux. Les timbres sont riches et bien nuancés ; la palette de couleurs est vaste et variée. L’album de Ken Jarret The "Khöln Concert" est un véritable délice. Tout d’abord, le piano est vraiment devant nous avec toute l’étendue de son spectre sonore mais les petits sons du jeu des pédales de cet instrument actionnées par Ken Jarret sont parfaitement perceptibles, au même titre que sa voix qui chantonne tout en jouant. On note également un parfait suivi rythmique et mélodique, le piano étant restitué avec une tonalité vraiment proche de la réalité. Alors que nous pouvons, avec d’autres platines entendre encore plus de détails, cette Elac chante, car elle sait combiner consistance et authenticité, le tout étant servi par une diversité des timbres et une présence quasi physique de l'interprète.

Porgy Bess

Autre source de plaisir, le disque (rare) "Porgy And Bess" du compositeur Georges Gershwin réunissant la divine Ella Fitzgerald et Louis Armstrong (Verve), une édition de 1957 d’époque qui a très bien vieilli malgré quelques craquements. La voix d’Ella jouant le rôle de Clara est sublime, et celle de Louis Armstrong est tout aussi attachante. Son timbre de voix si particulier est reproduit avec un réalisme étonnant, et il est de même lorsqu’il joue de la trompette dont nous entendons le son de cuivre de son instrument. La scène sonore est plus profonde que large, elle étale les plans sonores avec une superbe perspective. La dynamique est aussi de la partie avec le rang des instruments à vent de l’orchestre situé en arrière-plan : trompette, trombone, saxophone ont un éclat sublime, le tout étant reproduit avec une véracité de timbre et d’attaques de notes délivrées avec un beau mordant.

Sautant plus de quatre décennies de musique en tombant sur le disque à l’ambiance un peu sombre "Scene Delete" du DJ Sasha, nous retrouvons ce bas du spectre quelque peu généreux mais fort bien délié. Les nappes de synthé descendent bas avec une légère rondeur qui n’en exclut pas une belle articulation. De plus, l’Elac Miracord 90 Anniversary n’oublie pas au passage beaucoup de petits effets et sonorités dont est pourvu ce disque. Le son reste subtil malgré la présence d’instruments uniquement électroniques grâce au caractère très doux mais fouillé de cette platine.

Conclusion

Pour un retour à ses racines, Elac frappe fort, très fort même avec une platine réussie sur tous les plans. Techniquement, elle est ingénieuse et bien pensée tandis que musicalement, elle est lumineuse dans le haut du spectre et associé à un médium tout en matière, le résultat de l’ensemble est vraiment une excellente surprise. Cette Elac Miracord 90 Anniversary va faire craquer bien des mélomanes et audiophiles et ce sur tout type de musique.

La Elac Miracord 90 décortiquée par On-Mag

Système d’écoute

Préampli phono Jolida JD9 à tubes
Enceintes Grand Cru Horizon + Amphion Argon 3S
Câbles de modulation : Esprit Eterna
Câbles secteur Nordost et barrette Supra
Câbles enceintes : Esprit Eterna

Spécifications

  • Entrainement : à courroie
  • Plateau lourd : 6.2 kg
  • Moteur asservi électroniquement
  • Bande passante : 20 Hz à 25 KHz
  • Séparation des canaux : > 25 dB
  • Variateur de vitesse : +/-5%
  • Sortie : 2 RCA dorée or fin (câble fourni)
  • Cellule : Elac/Audio Technica
  • Niveau de sortie : 7 mV
  • Charge recommandée : 47 kΩ
  • Poids : 17.1 kg
  • Dimensions : 170 x 470 x 360 mm (HxLxP)
  • Prix : 2 400 € (finitions : noir sur blanc, blanc sur noir et bois sur noir)

Notre avis

  • Qualité de fabrication : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
  • Design/finition : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise(4/5)
  • Fonctions/équipement : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
  • Ergonomie : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(5/5)
  • Performances sonores pures : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
  • Musicalité : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(5/5)
  • Intérêt : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5) 


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Mots-clés: OnTopAudioAward, Elac

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework