icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test Primare I15 Prisma : un petit ampli Hifi haut de gamme, ultra carré et ultra connecté

Primare I15 Prisma test ONmag

Le Primare I15 Prisma est un ampli Hifi très compact, qui ne mesure que trois quarts de la largeur d'un appareil standard. Mais il est d'une conception résolument haut de gamme, autour d'étages d'amplification en classe D de dernière génération. Il intègre également un lecteur de musique en réseau ouvert à plusieurs protocoles, dont l'AirPlay d'Apple et le Chromecast de Google.

 

Primare I15 Prisma

Type : ampli Hifi avec DAC et lecteur réseau intégré
L'avis de ON-mag : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise(4/5)
Prix de lancement : 1850 €

 

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

Primare est une marque scandinave d'électroniques Hifi haut de gamme qui a de la bouteille, mais sait aussi être parfaitement dans le coup. Fondée en 1985 au Danemark, elle a ensuite migré en Suède, où elle réside aujourd'hui. Elle est reconnue et appréciée des audiophiles notamment pour ses amplificateurs d'une construction extrêmement propre et sérieuse, réputés pour leur fiabilité.

Prisma, un lecteur réseau multiplateforme sans prise de tête

La création de la série Prisma de Primare remonte à 2017. Celle-ci regroupe tous les appareils connectés de la marque, c'est-à-dire intégrant un DAC et un module réseau multiplateforme développé sur une base commune. Le Primare I15 Prisma est le plus petit ampli intégré de la série, qui compte aussi le lecteur réseau SC15 Prisma (1500 €), le lecteur CD15 Prisma (1850 €) le préampli PRE35 Prisma (environ 3800 €), ainsi que deux autres amplis intégrés, I25 Prisma (3500 €, 2 x 100 watts sous 8 ohms) et I35 Prisma (4600 €, 2 x 150 watts sous 8 ohms). Plusieurs de ces modèles sont également disponibles sans le module réseau intégré et leurs références ne portent alors plus le suffixe "Prisma".

Le module réseau Prisma est particulièrement complet. Il donne le choix entre une liaison filaire par Ethernet ou sans fil en Wi-Fi. Il est aussi doté d'une connexion Bluetooth et se pilote à partir des protocoles DLNA, AirPlay, Chromecast ou Spotify Connect. Primare a, semble-t-il, fait le choix de ne pas poursuivre le développement de son propre système de pilotage réseau et de son appli Primare Prisma. C'est une sage décision. Beaucoup de constructeurs ayant tenté l'expérience sont en train de s'en mordre les doigts et de rebrousser chemin, à l'image de Devialet pour n'en citer qu'un.
Ainsi, que l'on soit équipé d'un appareil iOS ou Android, peut-on piloter facilement l'I15 Prisma sans se prendre la tête. Tous les services de musique, podcasts et webradios sont supportés grâce aux protocoles AirPlay d'Apple et/ou Chromecast de Google. On n'a pas à craindre un abandon du développement de ces protocoles, alors qu’on pourrait avoir cette inquiétude avec un système et une appli propriétaire. En complément, pour la lecture des fichiers audio stockés sur des disques partagés du réseau local, on peut utiliser une appli de pilotage DLNA tierce comme mConnect ou encore Roon.

PRIMARE I15 Prisma facejpg

PRIMARE I15 Prisma dos

Un ampli qui fait la part belle aux sources numériques

L’I15 Prisma est le plus petit ampli de la gamme Primare. Il est très compact puisque peu épais, peu profond et qu'il ne mesure que 3 quarts de la largeur d'un appareil Hifi classique. Il n'en adopte pas moins les codes et la fabrication haut de gamme de ses grands frères. Son coffret est assemblé à partir de tôles pliées de forte épaisseur, particulièrement rigides, et il se pare d'une façade en aluminium massif légèrement déportée de 8 mm d'épaisseur. Cette façade accueille un large écran central OLED, monochrome, mais assez informatif, et seulement quatre minuscules boutons. Ces derniers donnent accès aux fonctions de base. Pour le reste, et notamment entrer dans les menus de paramétrage, il faut utiliser la grande télécommande multi-appareil fournie avec le Primare I15 Prisma.
À l'arrière, la connectique fait la part belle aux sources numériques pour lesquelles sont proposés un port coaxial, trois embases optiques Toslink, une mini-jack optique et une prise USB. Pour l'analogique, elle ne comporte que deux entrées, dont une partageant la prise mini-jack optique, auxquelles s'ajoute une sortie préampli.

Des circuits ultra léchés employant les technologies de dernière génération

Sous le capot, les circuits du Primare I15 Prisma sont dignes d'un appareillage de mesure de laboratoire, extrêmement propres et bien rangés ; pas un bout de câble ne dépasse. La section de commande est enfermée dans un compartiment isolé à l'avant. La marque a fait le choix d'un étage d'alimentation à découpage et d'un module d'amplification en classe D, UCD102 de chez Hypex, que nous avons déjà rencontré dans des versions moins haut de gamme chez NAD ou Bluesound. Ce module est ici annoncé pour 2 x 60 watts sous 8 ohms et 2 x 100 watts sous 4 ohms. La mise en œuvre autour de ce module est remarquable de soin. Les entrées sont couplées par des relais plutôt que de simples switchs CMOS. Tous les composants sont de haute qualité, dûment sélectionnés et comportent de nombreux composants de surface. Les liaisons sont optimisées pour offrir le trajet le plus court au signal. Le convertisseur numérique vers analogique intégré à l’I15 Prisma emploie une puce AK4490EQ de la série Velvet Sound d'AKM de type 32 bits supportant les signaux PCM jusqu'à 768 kHz et DSD jusqu'à 11,2 MHz (DSD256).

PRIMARE I15 Prisma inside

Une restitution carrée et précise qui ne se laisse jamais démonter

Sur le terrain, la façade très épurée du Primare I15 Prisma peut perturber au début. Nous les Latins, on aime bien avoir un gros bouton de potentiomètre pour ajuster le volume. Cependant, on s’adapte rapidement à la simplicité et à l'épure scandinave. En lecture réseau, l'appareil ne bogue pas. Un interrupteur général, qui tombe facilement sous les doigts, est installé à l'arrière en plus du bouton de veille en façade. À l'allumage, il faut juste rappeler à l’I15 Prisma, de temps en temps, quelle liaison réseau utiliser : Wi-Fi ou Ethernet.

La restitution sonore est particulièrement propre, pure, carrée avec une absence notable de toutes formes de coloration. Le Primare I15 Prisma n'est pas un amplificateur démonstratif, exubérant qui impose sa personnalité. Au contraire, il est d'une grande neutralité, à la fois doux et précis. Mais cela ne l'empêche pas pour autant d'être costaud. Nous l'avons, entre autres, raccordé aux grandes colonnes Kelinac KEL 714 MG qui font maintenant partie de nos enceintes repères. Il s'est montré particulièrement à l'aise à les tenir, à camper une bonne assise dans le bas du spectre avec toujours beaucoup de fermeté, de maîtrise, sans forcer ni jamais paraître brouillon. Le soin apporté à la conception de cet amplificateur donne à l'écoute un rendu très détaillé. On peut parler de grande transparence, néanmoins le Primare I15 Prisma ne semble absolument pas trop clair ou analytique, avec un aigu qui devient agressif dès que l'enregistrement ou le mixage du morceau de musique présente des lacunes. Au contraire, avec lui, le son semble lisse, toujours équilibré et bien en place. L'image stéréophonique est bien dessinée et surtout d'une très grande stabilité et encore une fois sans effet de projection qui pourrait déraper vers de l'agressivité.
Le Primare I15 Prisma est un ampli qui ne fait pas d'histoire, pas de caprice ; un ampli sur lequel on peut compter de façon indéfectible - sur tous les styles de musiques et quelle que soit la source - pour offrir une restitution sûre et parfaitement posée.

>>> CELA PEUT VOUS INTÉRESSER : NOS AUTRES TESTS D'AMPLIS HIFI ET DE LECTEURS RÉSEAU

Le Primare I15 Prisma décortiqué par ON-mag

Spécifications :

  • Type : ampli Hifi stéréo avec lecteur réseau intégré
  • Puissance : 2 x 60 watts sous 8 ohms, 2 x 100 watts sous 4 ohms
  • Entrées : analogique sur RCA, analogique/numérique sur mini-jack optique, 6 numériques (RCA, 3x optiques, USB-Audio, USB-Host, Bluetooth)
  • Sortie préampli analogique
  • Connectique réseau et pilotage : Ethernet, Wi-Fi, IR, RS232, Trigger 12 V
  • Protocoles réseau compatibles : AirPlay, Chromecast, Spotify Connect, DLNA, Roon
  • Dimensions : 35 x 7,3 x 32,9 cm
  • Poids : 6,4 kg
  • Prix : 1850 €

Site web du constructeur : www.primare.net

Notre avis

  • Fabrication : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
  • Équipement : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange(4,5/5)
  • Ergonomie : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(4/5)
  • Performances : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise(4/5)
  • Musicalité : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
  • Intérêt : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise(4/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Primare

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework