icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Samsung Onyx : l'écran LED de 10 mètres de base pour les salles de cinéma

Samsung Onyx : l'écran LED de 10 mètres de base pour les salles de cinéma

Cela devait bien arriver un jour : la technologie d'écran plat utilisée dans nos salons va remplacer les vidéoprojecteurs dans les salles de cinéma. C'est en tous les cas la révolution qu'annonce Samsung avec sa gamme Onyx. Cette technologie n'apporte potentiellement que des avantages.

Le couple écran de projection et projecteur cinéma vivent leurs dernières années

Le système Samsung Onyx repose sur des modules que l'on assemble côte à côte pour recréer une grande surface d'image. Les raccords sont bien entendu invisibles, comme si l'écran final n'était que d'un seul tenant. Chaque module mesure 64 cm de large et 90 cm de haut. Il intègre 256x360 "pixels". En assemblant 24 de ces modules, on obtient une image 2K de 5,12 m de base. Avec 96 modules, on atteint la 4K sur 10,3 m de base.

La manutention est forcément plus aisée que pour l'installation d'une toile de taille équivalente. Chaque module est fixé au suivant. Les dimensions intermédiaires sont toujours possibles. Samsung insiste sur le fait que le système Onyx supprime la cabine de projection, ce qui augmente automatiquement la capacité de la salle, laissant de la place pour installer des rangées de sièges supplémentaires. 

samsung onyx system

HDR et noirs profonds

Onyx permet de faire rentrer le HDR au cinéma. Sa forte demande en pics de luminosité, qui peuvent être très localisés sur l'image, est un objectif difficile à atteindre pour les vidéoprojecteurs. En revanche, aucun problème pour des écrans LEDs ! Chaque LED est par ailleurs tricolores et indépendante, il n'y a aucun rétroéclairage des modules. Cela permet d'atteindre des taux de contraste avec des vrais noirs, proches dans l'idée de la technologie OLED. La 3D est supportée sans problème. Enfin, n'oublions pas la durée de vie annoncée des LEDs de ces modules : 100.000 heures. Soit cinq fois celle d'un vidéoprojecteur laser, et très loin des 1500 h de moyenne d'une lampe xenon utilisée par un vidéoprojecteur traditionnel.

Samsung Onyx est accompagné d'un système audio JBL. Ce dernier est conçu pour offrir une large couverture des différentes rangées afin d'éviter le hot spot, où seul un groupe de sièges au centre de la salle bénéficie du meilleur rendu. Forcément, les enceintes avant ne peuvent être placées derrière l'écran, comme dans une salle classique. Elles sont donc placées au-dessus de l'écran, et les caissons de basses en dessous.

samsung onyx 2

Les panneaux LEDs sans rétroéclairage comme les Samsung Onyx représentent l'avenir du cinéma, et peut-être celui du home cinéma également. Grâce à la conception sur mesure de la taille d'image de son choix en associant des panneaux, on oublie et dépasse toutes les contraintes des grands écrans plats de 85 pouces et plus, fragiles à manipuler. Mais cela signe aussi la fin des vidéoprojecteurs grand public et de leurs écrans de projection, qui n'auront plus lieu d'être...

Pour l'instant, Samsung Onyx est installé dans une douzaine de salles à travers le monde. La laboratoire Eclair en région parisienne est le premier à s'équiper de cette technologie en France. Onyx est compatible avec le HDR EclairColor, un HDR dédié justement aux applications cinéma.

Source : Samsung


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Mots-clés: Samsung

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires   

#2 Pierre 07-11-2018 22:57
@Dante, le propos peut se discuter. Néanmoins, le rédacteur doit avoir une démarche journalistique, dire ce qu'il pense être vrai et non défendre un fond de commerce.
#1 Dante 07-11-2018 08:33
Je ne comprends pas ce type d'article, le rédacteur annonce déjà la fin de la vidéo projection, il tue lui même son fond de commerce. Ca me fait penser à la PS vita, la presse a annoncé la mort de la console avait annoncé sa fin avant même qu'elle ai le temps de s'installer. Décevant cette article surtout de la part de On Mag...
ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework