Redécouvrir la vidéoprojection pour du vrai (Home) Cinéma sur grand écran : guide du débutant ou la vidéoprojection pour les nuls

Videoprojection debutant dossier ONmag

Autrefois, alors que les téléviseurs n’étaient pas devenus plats comme des limandes et que leurs écrans n’étaient encore que de petites lucarnes, les rétroprojecteurs et les vidéoprojecteurs tri-tubes façon monstre Barco tricéphale étaient les rois du Home Cinéma. Les vidéoprojecteurs sont par la suite devenus plus compacts grâce aux technologies LCD et DLP. Ils ont connu une période faste et populaire, sortant des pièces dédiées pour s’inviter au salon. Mais il y quelques années, les téléviseurs de grandes tailles devenant de plus en plus courants et abordables ont commencé à leur faire beaucoup d’ombre. Le marché et l’avenir a commencé à devenir sombre pour les vidéoprojecteurs. Heureusement, l’histoire n’était pas finie. Aujourd’hui, les modèles à très courte focale, qui se collent au mur de projection et non plus au plafond, la relancent. Faisons le point pour comprendre.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Les technologies de vidéoprojection : DLP, LCD, LCOS, SXRD, D-ILA…

Dans le domaine de la vidéoprojection, il existe plusieurs technologies d’image. Certaines réfléchissent la lumière tandis que d’autres la transmettent grâce à un procédé réflectif ou transmissif. On peut distinguer trois types de technologies de projection : le DLP, le LCD (ou plus exactement le Tri-LCD) et le LCOS (aussi connu sous le nom de SXRD chez Sony ou D-ILA chez JVC). Il faut distinguer la technologie de projection citée précédemment de la technologie source de lumière qui correspond au type d’éclairage utilisé : principalement des LEDs ou du laser de nos jours sur les modèles un peu évolués ou encore une bonne veille lampes UHP. Vous pouvez donc trouver du DLP en LED ou avec du laser, par exemple.
Le DLP ou Digital Light Processing est développé par la société Texas Instruments. C’est la technologie la plus répandue et la plus abordable. Pour le domaine grand public, elle utilise le plus souvent une source lumineuse LED émissive qui traverse une roue chromatique avec plus ou moins de segments tournant à grande vitesse. Ses avantages sont une grande qualité d’image, des couleurs naturelles, un bon contraste et un très bon rapport qualité/prix. En revanche, certains modèles DLP peuvent être bruyants. En outre, certaines personnes sont sensibles à ce que l’on appelle l’effet arc-en-ciel sur l’image. Il s’agit d’un phénomène surtout visible sur les scènes mouvementées au cours desquelles certains individus peuvent percevoir un effet type stroboscopique montrant les segments des couleurs primaires.
Le LCD ou plus exactement le Tri-LCD est l’invention de la marque Epson. Le constructeur l’utilise pour ses appareils, mais le propose également à d’autres marques. Cette technologie s’appuie sur trois panneaux LCD traversés par une source lumineuse. Son avantage est de proposer des images lisses, d’une très bonne qualité et un rendu naturel. Il n’y a pas d’effet arc-en-ciel et la durée de vie des lampes est annoncée supérieure à celles utilisées avec la technologie DLP. Les appareils embarquant du Tri-LCD sont plus onéreux que ceux disposant du DLP et leur contraste est généralement plus faible. Si autrefois on pouvait aussi lui reprocher de voir les pixels sur l’écran, ce n’est plus le cas avec les vidéoprojecteurs actuels.
Enfin, la technologie LCOS - pour Liquid Crystal On Silicon - est aujourd’hui utilisée par Sony qui la nomme le SXRD. JVC l’a baptisée D-ILA. C’est la technologie qui permet d’obtenir la meilleure image, mais c’est aussi la plus chère. Elle peut utiliser un ou trois panneaux. Dans le second cas, il y a une puce d’affichage LCOS par couleur pour une image combinée optiquement. Cette puce contient une couche supérieure en cristal et une couche inférieure composée de circuits intégrés commandant la première avec, entre les deux, une surface réfléchissante. Le circuit définit la quantité de lumière qui traverse les cristaux liquides pendant que la lumière réfléchie forme une image sur l’écran de projection. Ses avantages sont la qualité d’image, le très haut niveau de contraste et l’excellente colorimétrie. Il n’y a aucun effet arc-en-ciel.

Quid de la 4K, de la 4K par wobulation et de la 8K ?

Les principales définitions actuellement proposées par les vidéoprojecteurs Home Cinéma sont : la (Full) HD avec 1920 x 1080 pixels suivie de l’Ultra Haute Définition UHD à 3840 x 2160 pixels et la vraie 4K à 4096 x 2160 pixels. On associe trop souvent maladroitement la définition 4K à l’UHD, par raccourci et commodité. En réalité, la définition 4K vient du cinéma où les matrices ont un ratio de 17:9 alors que sur une télévision (ou un vidéoprojecteur), il est de 16:9. Il existe deux types de vidéoprojecteurs UHD. Il y a ceux qui sont dits « natifs » où la matrice de projection est réellement en définition UHD. Ce sont les modèles les plus chers et ils sont encore rares sur le marché. Il y a également ceux qui font de la simulation UHD grâce à une technique de déplacement rapide des matrices Full HD. Cela a pour effet d’augmenter artificiellement le nombre de pixels affichés pour créer une image UHD. On parle alors de wobulation. Les appareils embarquant cette technologie sont plus abordables. Enfin, concernant la 8K qui commence à arriver sur les TV, pour la vidéoprojection, le seul modèle Home Cinéma actuellement capable de délivrer une telle image est le JVC DLA-NX9, mais il utilise le principe de la wobulation avec des matrices UHD pour proposer une image 8K simulée.

L’avenir est-il au vidéoprojecteur à ultra courte focale ?

Il existe principalement deux types d’installation pour votre vidéoprojecteur. Les appareils proposant une ultra courte focale s’installent à quelques centimètres du mur ou de l’écran, devant le spectateur. Tous les autres sont positionnés derrière ce dernier. Ils peuvent être fixés au plafond ou simplement posés sur un support adapté en fond de salle. S’ils sont accrochés la tête en bas, on peut aisément retourner l’image depuis les menus des appareils. Privilégiez une installation dans l’axe de l’écran même si certains modèles proposent le déplacement de la lentille sur l’axe horizontal et vertical.
Les modèles à ultra courte focale sont de plus en plus nombreux, à tel point que même Samsung, leader du marché des téléviseurs, s’y met. Beaucoup moins contraignants, ils s’installent très simplement. Malgré une taille encore conséquente, ils offrent un encombrement moindre et une meilleure intégration notamment dans un salon. Ils évitent surtout d’avoir un appareil suspendu au plafond dans la pièce de vie s’il n’y a pas de salle dédiée. Cela contribue certainement au succès grandissant qu’ils rencontrent ces derniers temps, soutenu aussi par la diffusion d’une image de très bonne qualité pour un budget qui reste raisonnable. Les vidéoprojecteurs à ultra courte focale pourraient peut-être relancer sérieusement le marché des videoprojecteurs qui était un peu moribond et qui avait du mal à trouver un nouveau levier de croissance.

L’écran, un élément à ne pas négliger

Outre le choix du vidéoprojecteur, il faut s’intéresser aussi sérieusement à celui de l’écran. Certes un mur blanc mat et lisse peut faire l’affaire. Mais, il serait dommage de posséder un appareil de compétition et de gâcher son image avec une surface qui ne lui rendrait pas hommage. La première question à vous poser consiste à savoir si ce sera un écran fixe ou motorisé qui peut être caché lorsque vous ne l’utilisez pas. Cette dernière option sera plus adaptée à un salon ou une pièce de vie. Optez en revanche pour un écran fixe dans une salle dédiée. La plupart des écrans fixes possèdent un cadre en aluminium que l’on peut commander à ses dimensions. Ils peuvent être tendus d’une toile en PVC blanc mat, d’autres sont en fibre de verre, plus épaisse et proposant une meilleure planéité. Des toiles transonores existent également. Elles permettent de placer les enceintes derrière pour une meilleure intégration. Avec l’arrivée de la 4K et du HDR (en attendant de la vraie 8K), certains modèles de toiles ont été conçus pour ces images. Elles sont nettement plus lisses afin de respecter la finesse de l’image. Enfin, pour ceux qui ont un budget très serré, pensez à la solution qui consiste à fabriquer un cadre en bois sur lequel on fixe une toile vendue au mètre ou simplement un tissu tendu recouvert d’une peinture spéciale Home Cinéma réfléchissant la lumière. Une bordure de velours sur tout le pourtour et on s’y croirait !
Si vous choisissez un vidéoprojecteur à ultra courte focale, sachez qu’il existe des écrans spécifiques pour ces appareils. En effet, au regard de leur angle de projection, ils doivent être accompagnés d’une toile fixe qui présente à sa surface une structure avec des micro-pyramides creuses ou en « dents de scie » pour offrir le meilleur rendu. Ces textures permettent de limiter les nuisances lumineuses (notamment celles venues du plafond) et d’optimiser le flux de lumière provenant du projecteur situé juste en dessous.
Rendez-vous sur cette page pour savoir comment bien choisir son écran de projection.

Sélection ON-mag

Samsung LSP7T

Samsung LSP7T

La marque coréenne leader du marché des téléviseurs semble, elle aussi, croire sérieusement en l’avenir des vidéoprojecteurs à très courte focale. 3500 €.

>>> Voir présentation sur ON-mag.fr
>>> Comparer les prix en ligne

BenQ TK850

BenQ TK850

LA SUITE APRÈS LA PUB

Un modèle DLP 4K abordable et très lumineux. 1600 €.

>>> Voir le banc d'essai sur ON-mag  
>>> Comparer les prix en ligne

Epson EH-LS500 

Epson EH LS500 

Vidéoprojecteur (ou rétroprojecteur si vous préférez) à très courte focale de type Tri-LCD 4K. Totalement autonome, il constitue une excellente alternative aux téléviseurs de grande taille. 2500 €.

>>> Voir le banc d'essai sur ON-mag
>>> Comparer les prix en ligne

JVC DLA-NX9

JVC DLA NX9

Le seul et unique vidéoprojecteur Home Cinéma grand public de type 8K. Ce modèle haut de gamme utilise la technologie des matrices LCD réflectives (LCOS). 18 000 €.

>>> Voir notre banc d’essai sur ON-mag.fr  
>>> Comparer les prix en ligne

Sony VPL-VW590ES 

Sony VPL VW590ES

Ce tout nouveau modèle équipé des fameuses matrices LCD réflectives SXRD propres à la marque gagne un processeur de traitement vidéo haut de gamme qui lui ouvre plus largement la compatibilité avec les sources HDR (High Dynamic Range). Un incontournable pour les fans de Home Cinéma. 7000 €.

>>> Voir présentation sur ON-mag.fr  
>>> Comparer les prix en ligne

LA SUITE APRÈS LA PUB

Optoma CinemaX P2 

Optoma CinemaX P2 1

Optoma a été l’un des premiers à proposer un vidéoprojecteur à très courte focale, à la fois résolument Home Cinéphile et ne crevant pas des plafonds tarifaires. Il signe à nouveau avec ce modèle DLP 4K. 3000 €.

>>> Voir présentation sur ON-mag.fr
>>> Comparer les prix en ligne 


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Sony, Samsung, BenQ, Optoma, JVC, Epson, vidéoprojection

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework