PUBLICITÉ

Exposition : Signac collectionneur au Musée d’Orsay

Kees van Dongen 1877 1968 Modjesko Soprano Singer 1908
Kees van Dongen (1877-1968), Modjesko, Soprano Singer, 1908

  • Signac collectionneur
  • Commissaire générale : Laurence des Cars, présidente - directrice du musée du Louvre
  • Commissariat : Marina Ferretti Bocquillon, directrice scientifique émérite du Musée des impressionnismes, Giverny, spécialiste de l’œuvre de Paul Signac.
  • Charlotte Hellman, responsable des archives Signac
  • Musée d’Orsay (Niveau 0, nouvelles salles d’expositions temporaires)
  • Du 12 octobre 2021 au 13 février 2022
    www.musee-orsay.fr

En tant que collectionneur, Paul Signac affiche ici un éclectisme éclairé qui le porte à acquérir aussi bien Camille Pissarro, Henri-Edmond Cross qu’Henri Matisse ou Van Dongen.

LA SUITE APRÈS LA PUB

C’est surtout en observant le travail de Claude Monet et d’autres peintres tels qu’Edgar Degas ou Gustave Caillebotte que Paul Signac va peu à peu former sa personnalité, s’insérant ainsi dans un vaste mouvement pictural (l’impressionnisme) qui traverse la France dans cette fin du XIXe siècle. Parmi l’immense collection de Paul Signac amassée tout au long de sa vie (environ 450 œuvres !) on pourra en fait admirer non seulement celles de Monet, Seurat, Pissarro, Manet, Cézanne mais aussi celles de Luce, Hayet, Angrand, Renoir, Cousturier et Jongkind. Mais Paul Signac admirait également l’art japonais, ce qui vaut au visiteur de cette exposition riche en surprises de toutes sortes de faire connaissance avec des œuvres d’Utagawa Kunisada (1786-1865), Utagawa Yoshitsuya (1822-1866) et surtout de Katsushika Hokusai (1760-1849) et d’Utagawa Hiroshige (1797-1858). Tenté aussi par un attrait pour l’onirisme, Paul Signac acquiert également des œuvres étranges signées Odilon Redon ainsi qu’une œuvre d’un format modeste signée tout simplement Vincent Van Gogh (Deux harengs), datée de 1889. Si Georges Seurat et Henri-Edmond Cross tiennent une place considérable dans cette exposition, il ne faudrait pas non plus ignorer Eugène Boudin, Edouard Degas, Théo van Rysselberghe, Charles Camoin et parmi les Fauves, Kees van Dongen.

Au terme d’une visite effectuée dans un univers pictural toujours renouvelé, inattendu, multiple, le visiteur de cette exposition où règnent sans partage la couleur et l’insolite, peut sans complexe devenir un admirateur passionné de Paul Signac, capable au cours des ans de bâtir une telle collection.

Paul Signac dans un rôle non conventionnel : celui d’un collectionneur au goût infaillible.

Texte de Michel Jakubowicz


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Signac

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus