PUBLICITÉ

Théâtre : A Bright Room Called Day de Tony Kushner au Théâtre du Rond-Point

A bright room called day

Catherine Marnas, qui met en scène A Bright Room Called Day de Tony Kushner, nous entraîne dans un temps non plus immuable mais sujet à la dislocation.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Sommes-nous plongés dans une Allemagne pré-hitlérienne ou par un étrange hasard, face au règne de Donald Reagan président durant deux mandats aux Etats-Unis ? Cette pièce de Tony Kushner réunit un groupe de personnages vivant un moment crucial de leur existence. En effet, nous sommes à Berlin en 1932 et l’horizon de ces personnages semble se rétrécir à vue d’œil, car nous sommes à la veille d’élections où un certain Adolf Hitler risque de l’emporter.

Une tension terrible s’installe donc lentement mais sûrement entre les protagonistes de ce moment d’histoire où tout peut basculer dans le cauchemar d’un instant à l’autre. L’inévitable (l’élection de Hitler) n’a pas encore eu lieu mais déjà cette Allemagne que l’on croyait même gagnée aux idées de la Révolution bolchévique, semble sur le point de vaciller et de s’effondrer. Puis soudainement le temps semble s’accélérer et la terrifiante et abominable nouvelle se répand telle une traînée de poudre : Hitler remporte l’élection, provoquant ainsi une véritable panique au sein du petit groupe d’individus réunis dans cet appartement berlinois. Certains envisagent l’exil mais d’autres ne peuvent se résoudre à cette fuite vers l’inconnu.

Alors que l’on se croit happé dans ce contexte périlleux d’une Allemagne prête à se livrer sans combat à un Adolf Hitler triomphant, un personnage hors du commun fait soudainement irruption dans cet appartement berlinois. Il s’agit du Diable en personne, dont la présence résulte d’un vœu plutôt accidentel de voir apparaître ce personnage sulfureux. Apparemment, son apparition incongrue va rapidement se disloquer car le personnage se révèle dénué de tout intérêt et va s’évanouir dans le néant dont il a été malencontreusement tiré. Mais à présent, nous sommes hélas toujours dans cette Allemagne de 1933 qui a vu l’émergence brutale et inattendue d’Adolf Hitler, et nous ne sommes pas dans le roman de Phillip K. Dick (Le Maître du Haut Château) seul rempart résistant à la dictature, grâce à son propriétaire niant cette réalité infâme, qui tente et parvient à modifier les sentiers du Temps, annulant ainsi les conséquences de l’élection d’un dictateur.

Saluons la mise en scène de Catherine Marnas, qui construit un univers angoissant avec une lucidité étonnante. Pour atteindre un tel degré d’angoisse engendrée par un tel contexte, il fallait faire appel à des comédiens à la hauteur d’un tel challenge. Pari réussi donc grâce à Simon Delgrange, Annabelle Garcia, Tonin Palazzotto, Julie Papin, Agnès Pontier, Sophie Richelieu, Gurshad Shaheman, Yacine Sif El Islam et Bénédicte Simon.

Une pièce très forte, ancrée dans le réel et cherchant à nous avertir que l’éternel retour de la barbarie n’est pas qu’une vaine hypothèse.

Texte de Michel Jakubowicz

Plus d’infos

  • A Bright Room Called Day
  • Texte : Tony Kushner
  • Mise en scène : Catherine Marnas / Assistanat à la mise en scène : Odille Lauria, Thibaut Seyt
  • Avec : Simon Delgrange, Annabelle Garcia, Tonin Palazzotto, Julie Papin, Agnès Pontier, Sophie Richelieu, Gurshad Shaheman, Yacine Sif El Islam, Bénédicte Simon
  • Traduction : Daniel Loayza
  • Scénographie : Carlos Calvo
  • Musique : Boris Kohlmayer
  • Son : Madame Miniature, assistée de Jean-Christophe Chiron, Edith Baert
  • Conseil et préparation musicale : Eduardo Lopes
  • Lumières : Michel Theuil, assisté de Clarisse Bernez-Cambot Labarta, Véronique Galindo
  • Costumes : Edith Traverso, assistée de Kam Derbali
  • Maquillage : Sylvie Cailler
  • Projection : Emmanuel Vautrin
  • Confection marionnettes : Thibaut Seyt
  • Construction décor : Jérôme Verdon, assisté d’Eric Ferrer, Marc Valladon, Loïc Ferrié
  • Du 23 novembre au 5 décembre 2021, à 20 h 30
  • Théâtre du Rond-Point, Salle Renaud-Barrault
    2 bis, avenue Franklin D.Roosevelt
    75008 Paris
    www.theatredurondpoint.fr

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Théâtre du Rond-Point, Tony Kushner, Catherine Marnas, Simon Delgrange, Annabelle Garcia, Tonin Palazzotto, Julie Papin, Agnès Pontier, Sophie Richelieu, Gurshad Shaheman, Yacine Sif El Islam, Bénédicte Simon

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus