PUBLICITÉ

Théâtre : « Biographie : un jeu » de Max Frisch au Théâtre du Rond-Point

Jose Garcia Isabelle Carre

Biographie : un jeu, une pièce de Max Frisch qui semble s’encastrer dans un temps circulaire.

Tout commence dans un simulacre de normalité : au terme d’une soirée un peu alcoolisée, les invités ont peu à peu quitté ce vaste appartement où seule une jeune femme s’attarde encore alors qu’il est presque deux heures du matin. L’hôte des lieux est aussi présent et tente vaguement d’entretenir, sans grand succès, une sorte de dialogue avec la jeune femme qui se contente de boire et de fumer quelques cigarettes.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Soudainement, tout change et une scripte fait son entrée et nous comprenons que nous sommes en fait dans une répétition théâtrale. Le metteur en scène apparemment peu satisfait de son acteur principal va s’éclipser, laissant finalement Kürmann devenir le véritable pivot d’une sorte de duel se déroulant entre lui et Antoinette (la jeune femme refusant de quitter les lieux).

À partir de cette scène cruciale, le spectateur va se rendre progressivement compte qu’il entre dans une sorte de bande de Möbius. Kürmann se métamorphose en modificateur permanent, refusant avec obstination de laisser les évènements se dérouler naturellement. Au contraire il va exiger de la part du metteur en scène (toujours présent) d’accéder à ses demandes réitérées de retours en arrière, de bifurcations soudaines, afin de mettre un terme à un destin uniforme, aveugle, ne menant qu’au désastre.

Max Frisch, un auteur qui ne cache nullement son admiration sans bornes pour l’œuvre de Bertolt Brecht et auteur lui-même de nombreuses pièces, semble avoir inventé avec Biographie : un jeu, une forme théâtrale inédite qui malgré sa tendance à l’abstraction, révolutionne d’une certaine façon le déroulement mécanique, impossible à stopper ou modifier d’un élément fondamental : le Temps. La pièce de Max Frisch est superbement mise en scène, avec une implacable précision par Frédéric Bélier-Garcia qui bénéficie d’une distribution à la hauteur des enjeux d’une pièce ambitieuse s’attaquant à des thèmes relevant de l’existentiel. Citons les noms prestigieux d’Isabelle Carré (étonnante Antoinette), de José Garcia (impressionnant Kürmann), de Jérôme Kircher, d’Ana Blagojevic et de Ferdinand Régent-Chappey.

Une pièce se plaçant très nettement hors du champ de la banalité et creusant délibérément dans le réel un chemin révolutionnaire. À voir absolument.

Texte de Michel Jakubowicz

Plus d’infos

  • Biographie : un jeu
  • Texte : Max Frisch
  • Traduction : Bernard Lortholary
  • Mise en scène : Frédéric Bélier-Garcia
  • Avec : José Garcia (Kürmann), Isabelle Carré (Antoinette), Jérôme Kircher (le meneur de jeu), Ana Blagojevic (l’assistante), Ferdinand Régent-Chappey (l’assistant)
  • Piano : Simon Froget-Legendre
  • Décors : Alban Ho Van
  • Lumière : Dominique Bruguière
  • Costumes : Marie La Rocca
  • Collaboration artistique : Caroline Gonce
  • Théâtre du Rond-Point, Salle Renaud-Barrault
  • Du 8 mars au 3 avril 2022, à 21 h
    www.theatredurondpoint.fr

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Théâtre du Rond-Point, Max Frisch, Frédéric Bélier-Garcia, José Garcia, Isabelle Carré, Jérôme Kircher, Ana Blagojevic, Ferdinand Régent-Chappey

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus