• Accueil

Anna Reinhold

CD : une nouvelle brassée d'airs sérieux et à boire

William Christie

  • ''N'espérez plus, mes yeux...''
  • Airs de cour de Claude Le Jeune, Étienne Moulinié, Pierre Guédron, Antoine Boesset
  • Pièces instrumentales de Pierre Verdier et d'anonymes
  • Les Arts Florissants
  • Emmanuelle de Negri (dessus), Anna Reinhold (bas-dessus), Cyril Auvity (haute-contre), Marc Mauillon (basse-taille), Lisandro Abadie (basse)
  • Tami Troman, Emmanuel Resche (violon), Simon Heyerick (alto), Myriam Rignol (viole de gambe), Thomas Dunford (théorbe), William Christie (clavecin & dir.)
  • 1 CD Harmonia Mundi : HAF 8905318 (Distribution : ([PIAS])
  • Durée du CD : 81 min 40 s
  • Note technique : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange (5/5) 

Une fois encore sur le métier, William Christie et ses musiciens des Arts Florissants réinvestissent le répertoire des airs de cour. Un genre prolifique puisqu'on en dénombre quelque 2300 publiés. Témoignant de l'effervescence artistique à la fin du XVIème siècle et au début du XVIIème. Dans ce généreux programme nous sont offertes des pièces cultivant le style sérieux ou la manière plus légère. Toujours dans cette approche idiomatique à laquelle ils nous ont habitués. 

CD : divers portraits de Marie

Madonna della Grazia

  • ''Madonna della Grazia''
  • Airs sacrés et profanes de Giovanni Felice Sances, Antonio Brunelli, Giovanni Antonio Rigatti, Isabella Leonarda, Francesco Cavalli, Tarquinio Merula & d'anonymes
  • Pièce instrumentale d’Andrea Falconieri
  • Anna Reinhold (soprano), Guilhem Worms (basse)
  • Ensemble Il Caravaggio, dir. Camille Delaforge
  • 1 CD Klarthe records : K 120 (Distribution : ([PIAS])
  • Durée du CD : 68 min 08 s
  • Note technique : etoile verteetoile verteetoile verteetoile verteetoile verte (5/5)

Pour son premier CD, l'ensemble Il Caravaggio présente un programme célébrant la figure de la femme dans l'Italie du XVIIème siècle, mêlant sources populaires et savantes. Puisé auprès de compositeurs mais aussi de compositrices souvent oubliés. Une fusion du profane et du sacré dans des interprétations très fouillées.