icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Dirac poursuit sa conquête de tous les domaines de l'audio grand public

Dirac poursuit sa conquête de tous les domaines de l'audio grand public

Le système de calibrage Dirac Live est présent sur un certain nombre d'appareils home cinéma et Haute Fidélité. Nous avions pu le prendre en main en détail l'an dernier à travers le test du processeur Arcam AV860. Dirac annonce un nouveau module de traitement des caissons de basses. Mais aussi une levée de fonds importante pour s'imposer dans le traitement audio de tous les appareils grand public.

Dirac Live Bass Management Module

Tout d'abord, Dirac vient de présenter un module optionnel à son logiciel Dirac Live. Rappelons que la calibration Dirac fonctionne avec un logiciel installé sur PC et un micro relié au PC. Les résultats sont ensuite transmis via le réseau à l'appareil concerné. Les modules Dirac Live Bass Management existent sous trois formes. Ils ont pour but d'améliorer la gestion des basses entre les caissons et les enceintes principales. Ces modules représentent graphiquement le résultat prédictif de la diffusion des graves dans la pièce à partir d'une mesure unique et selon les réglages appliqués et modifiables.

  • Niveau 1 payant (le plus élevé) : il permet de gérer un nombre infini de caissons de basses, en analysant chacun d’entre eux pour créer un canal de grave global optimisé.
  • Niveau 2 payant : configuration avancée pour un seul subwoofer, tout en contrôlant les paramètres et en appliquant des filtres de fréquence à toutes les enceintes en fonction des mesures.
  • Niveau 3 gratuit : destiné à tous les clients actuels de Dirac Live et aux fabricants intégrant Dirac Live comme Arcam, AudioControl, Bryston, Lexicon, NAD et StormAudio. Il permet une gestion standard des basses avec l’avantage supplémentaire des résultats prédictifs.

Après une mise à jour graphique majeure l'an dernier, Dirac ajoute donc des modules optionnels à son logiciel. On peut imaginer que de nouveaux seront proposés dans le futur pour s'attaquer à d'autres problématiques de la correction de pièce.

Une levée de fonds de 13,2 millions de dollars

Dirac vient de lever cette somme importante auprès d'investisseurs, mais pas pour développer uniquement le Dirac Live des home cinéphiles. Dirac est présent un peu partout où il y a du son, désormais. Principalement dans les voitures, les smartphones, les casques ou encore le gaming. Dirac implante ses technologies de traitement du son afin d'améliorer les résultats quelles que soient les contraintes. C'est vrai pour le Dirac Live et la reproduction du Dolby Atmos, mais c'est aussi vrai dans un habitacle automobile, pour le son sortant d'un smartphone ou d'un casque audio. Ces domaines sont d'ailleurs bien plus importants que le son à la maison en termes de marché global.

Avec l'arrivée de la 5G permettant d'accéder à des contenus audiovisuels de n'importe où, Dirac estime qu'il est important de proposer une qualité de restitution adaptée. Même si les haut-parleurs du téléphone ou de l'enceinte Bluetooth sont minuscules. Lors du salon CES 2019 en janvier dernier, Dirac effectuait des démonstrations sur ce genre d'appareils et les résultats étaient paraît-il bluffants. Avec des vraies basses, du son provenant de partout et entourant l'auditeur à partir de haut-parleurs censés être peu performants. La magie du traitement DSP et de la psycho-acoustique que Dirac maîtrise visiblement ! 

Source : Dirac


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Dirac

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires   

#2 domvig 15-03-2019 13:53
A quand ce type de logiciel sur des produits grand public, type yamaha onkyo pioneer etc
#1 Didier Autric 14-03-2019 16:36
Pour jouer avec depuis ses premières heures sur les excellents amplis et processeurs Audiocontrol, le système fonctionne bien voire très bien mais le grave ne pose pas de vrais problèmes. Le vrai soucis de la majorité des corrections électroniques de pièces c’est la réponse dans le milieu et le haut du spectre ou le maturel d’une restitution sans correction disparaît en grande partie. Le test le plus simple demeure l’ecoute d’un concert ! Ok le grave est mieux mais le reste...
L’ameli De la stabilité est cependant un point très positif et non négligeable.
ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework