Test TV Samsung QE65Q80A : il n'y a pas que le Neo QLED dans la vie de Samsung

Samsung QE65Q80A details off 001 etoile

Le téléviseur Samsung QE65Q80A représente le haut de gamme des dalles LCD à rétroéclairage LED avec un panneau de Quantum Dot (QLED) d'ancienne génération, à la différence des modèles des séries QN qui profitent des nouveaux écrans "Neo QLED" du constructeur. Ce TV vient remplacer le 65Q80T de l’année dernière avec une interface connectée Tizen toujours aussi performante pour accéder aux contenus en ligne. Capable d’afficher une définition Ultra HD 4K, ce téléviseur promet une très forte luminosité et d’être un allié de poids pour les jeux vidéo grâce à sa grande réactivité et son menu "Game bar".

LA SUITE APRÈS LA PUB

Samsung QE65Q80A

Type : Télévision Ultra HD LCD à rétroéclairage LED et filtre Quantum Dot
L’avis d’ON-mag : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue (4,5/5)
Prix au moment du test : 1500 €

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

Le téléviseur Samsung QE65Q80A est disponible en diagonales d'écran de 50, 55, 65 et 75 pouces. Son pied est à monter soi-même. Il s’agit de deux pièces à assembler entre elles puis à fixer au dos de l’écran. Le pied est en position centrale. Il mesure 39 cm de large pour 30 cm de profondeur, ce qui suffit pour assurer une parfaite stabilité à la dalle. Il surélève l’écran de 6,8 cm, ce qui permet de placer une barre de son dessous. Une accroche murale est toujours possible grâce aux trous à la norme VESA disponibles.

Samsung QE65Q80A details on 002

Le design du téléviseur est assez classique. Il y a un cadre qui entoure la dalle. Celui-ci mesure environ 5 mm d’épaisseur sur la partie avant. Il est très légèrement biseauté pour apporter une petite touche premium à l’appareil. L’arrière est bombé depuis la partie haute jusqu’en bas. À la différence des modèles QN, ce téléviseur intègre toutes les connectiques à l’arrière et non pas dans un boîtier déporté. La télévision est épaisse d’environ 5 cm à l’endroit le moins fin. On remarque des parties creuses à l’arrière prêtes à accueillir les câbles en leur sein. Effectivement, il est possible d’organiser les fils des connectiques pour qu’ils fuient vers le pied central du téléviseur. Celui-ci est creux pour laisser passer les câbles et qu’ils puissent terminer leur course derrière le meuble. C’est bien pensé.
Notre modèle de test présentait d’excellentes finitions ainsi qu’une très bonne qualité de fabrication ne souffrant d’aucun défaut d’assemblage. C’est toujours une bonne chose mais nous n’en attendions pas moins de la part du constructeur coréen qui a plutôt bonne réputation sur ce point.

Samsung QE65Q80A details on 004

Toutes les connectiques sont situées à droite du téléviseur lorsqu’on le regarde de face. Seul le connecteur d’alimentation est placé à gauche. Pas de boîtier One Connect, ici. L’ensemble est malgré tout très complet avec, à disposition, quatre entrées HDMI dont deux sont 2.1 et une compatible eARC, deux ports USB, un port Ethernet, une sortie audionumérique optique, une prise antenne, une prise câble, une pour le satellite. Un emplacement pour une carte PCMCIA est prévu. On peut regretter l’absence d’une sortie casque. Toutefois, il y a le WiFi et le Bluetooth. Le téléviseur supporte les technologies Apple AirPlay 2, HomeKit et peut s’interfacer avec l’assistant vocal Amazon Alexa. Notez également la compatibilité avec Google Assistant et Bixby de Samsung. La TV s’installe avec l’application SmartThings de Samsung, depuis un smartphone. La configuration est assez simple et réalisable en quelques minutes seulement. Lorsque le téléviseur est allumé, l’image occupe une très large place étant donné que les bords ne mesurent que 5 mm (auxquels il faut ajouter 5 mm de cadre).

LA SUITE APRÈS LA PUB

Samsung QE65Q80A details on 005

Le système Tizen, toujours aussi efficace

À l’image du téléviseur Samsung 65QN95A, le QE65Q80A profite également du système de divertissement Tizen développé par le constructeur. L’expérience est toujours aussi agréable et ludique hormis une chose : la configuration de l’image. En effet, pour passer du mode "Cinéma" au mode "Standard", par exemple afin d’adapter les réglages au contenu, il faut entrer dans le menu d’accueil, se déplacer sur l’extrémité gauche de celui-ci pour sélectionner "Paramètres" et pouvoir enfin choisir le bon mode. C’est trop long et trop fastidieux pour une simple modification de ce type. Nous préférons les raccourcis proposés par les TV Sony ou LG. Chez Philips, pourtant sous Android TV, c’est aussi long que sur les modèles Samsung.

Samsung QE65Q80A details on 020

Lors de nos tests, nous avons pu constater que parfois le système avait un peu de mal à suivre surtout si vous passez rapidement d’un menu ou d’un contenu à un autre. Rien de rédhibitoire cependant mais nous aurions apprécié un peu plus de fluidité. Le système reste efficace et propose à peu près toutes les applications pour se divertir avec différentes plateformes dont Netflix, Apple TV Plus, Rakuten TV, OCS, Canal+, Disney+, Amazon Prime Video, etc. On peut également compter sur la disponibilité de contenus Samsung Plus avec des chaînes TV gratuites, bien qu’étrangères.
Le mode "Ambient" est toujours disponible pour tenter de faire disparaître le téléviseur dans le décor de votre salon grâce à l’affichage d’images réalistes en mode faible consommation, celles-ci pouvant même reproduire votre papier peint.

Les technologies, nos mesures et nos impressions

La série de téléviseurs Samsung Q80A embarque une dalle LCD VA 100 Hz capable d’afficher une définition Ultra HD (3840x2160 pixels) avec un filtre Quantum Dot et un système de rétroéclairage LED. Le traitement antireflet est assez performant même s’il ne gomme pas une baie vitrée située derrière le téléspectateur mais en atténue les effets néfastes. On peut compter sur un rétroéclairage sur toute la surface de l’écran ainsi que sur un traitement Local Dimming pour tenter d’afficher le meilleur contraste possible. Alors que la série QN95A embarque la puce Neo Quantum Processor 4K, ici, c’est le Quantum Processor 4K qui se charge de la mise à l’échelle des contenus non Ultra HD, entre autres tâches. Il en résulte un affichage tout à fait satisfaisant même s’il ne faut pas non plus attendre de miracles avec des sources particulièrement dégradées. Les angles de vision sont corrects mais sans plus. Le téléviseur est compatible HLG, HDR10 et HDR10+ mais pas Dolby Vision.

En mode "Filmmaker" et avec une image non HDR, nous avons mesuré un Delta E moyen de 2,01 ce qui est excellent puisqu’en dessous de 3, valeur sous laquelle l’œil ne fait plus de différence entre la couleur demandée et celle affichée à l’écran. Le gamma moyen est de 2,46 ce qui est aussi bon puisque proche de la valeur cible de 2,4. En revanche, la courbe du gamma n’est pas très bonne pour les blancs les plus sombres, le téléviseur ayant tendance à trop les assombrir, plus qu’il ne devrait le faire. Ensuite, pour des valeurs plus claires à partir de 50%, la courbe est quasi idéale. La température des couleurs moyenne est de 6442 K, soit très proche de la valeur cible de 6500 K avec une bonne stabilité des couleurs après 25% mais avec une cassure importante avant. Concernant la couverture des espaces colorimétriques, le téléviseur Samsung 65Q80A couvre 99% des besoins pour le format rec709, 91% de l’espace DCI-P3 et 70% de l’espace BT2020. Ces couvertures sont très bonnes mais légèrement plus faibles que celles proposées par des modèles OLED - mais finalement proches de celles obtenues sur le Samsung QN95A.

Samsung QE65Q80A details on 042

LA SUITE APRÈS LA PUB

Si les TV OLED proposent un contraste que l’on peut juger comme infini, ce n’est pas le cas des TV LCD. En effet, sur le modèle que nous avons testé, nous avons mesuré un taux de contraste de 1517:1 avec les réglages par défaut, ce qui est très faible. Notre mire apparaissait grise à l’écran alors qu’elle aurait dû être plus sombre. En optant pour un niveau de noir bas (ou automatique) dans les menus, nous avons obtenu un taux de contraste de 5071:1, ce qui est beaucoup mieux et bien plus en accord avec ce que l’on peut voir sur des séquences de films ou de séries. Dans ce cas, le téléviseur use de toutes ses technologies pour faire apparaître les noirs comme de vrais noirs et presque comme si l’écran était éteint. Toutefois, cela n’enlève pas l’effet de blooming que l’on peut encore observer autour de certains menus et titres (typiquement les inscriptions qui s'affichent dans les coins au début d'un série ou d'un film sur Netflix). À ce sujet, il semble que cela soit un parti pris assumé de la part du constructeur. En effet, en Corée du Sud, l’un des hauts responsables de l’image chez Samsung aurait décidé que les menus ne devaient pas être soumis à un quelconque traitement d’image, donc pas d’application de Local Dimming dans ces cas. En revanche, cette fonction est bien active sur les contenus animés. En fait, lors du visionnage de certaines séquences, nous avons pu apprécier un contraste assez prononcé. Il l’est d’ailleurs plus que celui proposé par la TV Sony Z9J dont nous vous proposerons très prochainement le test complet. En effet, l’image est donc globalement plus contrastée que celle de la Sony qui paraît plus lumineuse… Le grain est également moins présent sur la Samsung Q80A que sur la Z9J du fabricant japonais. Enfin, dernière comparaison : l’affichage du menu Netflix (mais c’est exactement la même chose sur la plateforme Apple TV Plus) paraît sur un fond gris foncé sur la Sony alors qu’il est vraiment noir sur la Samsung et pourtant, on n’est pas vraiment dans la même gamme de prix puisque la 65Q80A est disponible à 1500 € (2200 € env. pour la version 75 pouces) et que le téléviseur Sony coûte quatre fois plus cher, certes en 75 pouces. En outre, nous avons aussi vu que le téléviseur Samsung affichait quelques défauts de dégradés.

Samsung QE65Q80A details on 029

Pour les images HDR, en mode "Filmmaker" qui propose les meilleurs réglages, nous avons mesuré un Delta E moyen de 2,81 ce qui est en dessous de 3, donc bon. La courbe de gamma EOTF est parfaitement suivie tout comme celle de la luminance et ce, même au niveau de la crête. Samsung annonce un pic de luminosité de 1500 cd/m² (1000 cd/m² pour le modèle de 50 pouces). Nous avons pu mesurer un pic de luminosité de 950 cd/m² en mode "Filmmaker", encore une fois. C’est bien plus que les valeurs relevées lors des mesures des derniers TV OLED que nous avons pu tester comme les LG CX, LG C1 ou LG G1 - en attendant les modèles Panasonic prometteurs d’une image plus lumineuse en OLED. C’est en mode dynamique que nous avons pu flirter avec les 1500 cd/m² mais un bref instant car il semble que l’écran ait du mal à tenir cette puissance, ne pouvant pas l'assurer sur une longue durée. Lors de nos tests, nous avons constaté que les mires blanches étaient comme « bridées », proposant une courbe de luminance très dégradée.

Samsung QE65Q80A details on 043

Les mouvements des sujets à l’écran sont parfaits notamment en mode "Cinéma" ou "Filmmaker" et on apprécie globalement les réglages par défaut ainsi que la maîtrise du grain sur l’image.
Pour la partie jeux vidéo, le téléviseur est compatible avec les signaux Ultra HD 4K à 120 Hz et profite, à l’image de la série QN95A, de la barre de jeux qui donne quelques informations sur les caractéristiques du flux. Nous avons pu mesurer un retard à l’affichage de seulement 9,6 ms, ce qui est vraiment excellent et correspond à moins d’une image de retard entre le moment où le joueur appuie sur le bouton de la manette et où l’action est effective à l’écran. À titre de comparaison, le téléviseur Samsung 65QN95A propose un input lag de 10 ms alors que sur le LG C1, par exemple, on est à 9,5 ms avec le mode "Game Optimizer". On peut compter sur une compatibilité avec les technologies d’optimisation des consoles de jeu de type next gen, VRR ou ALLM. Attention, petite subtilité, le modèle de 50 pouces ne peut pas profiter des signaux Ultra HD à 120 Hz. Pour l'Ultra HD, il est limité à 60 Hz.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Samsung QE65Q80A details on 038

Une partie audio satisfaisante depuis un système 2.2.2

Sur le QE65Q80A, Samsung revendique une puissance totale de 60 Watts RMS depuis un système 2.2.2. Il y a effectivement deux tweeters, deux haut-parleurs large bande et deux woofers intégrés. Tout cela permet d’offrir un son qui est plutôt chaleureux et cohérent avec une assez bonne impression d’ampleur. Les voix paraissent extrêmement claires et parfaitement intelligibles même à faible volume. Celui-ci ne doit pas être monté trop haut d’ailleurs, au risque de perdre la cohérence générale et d’avoir des distorsions qui peuvent paraître désagréables. Le téléviseur est compatible Q-Symphony, ce qui lui permet d’être considéré comme une enceinte à part entière avec une barre de son compatible dont la Samsung HW-Q800A prochainement en test sur ON-mag. On a alors droit à un son beaucoup plus ample et surtout qui gagne en hauteur.

Samsung QE65Q80A details on 025

La télécommande écolo qui se charge avec un panneau solaire

Le téléviseur Samsung QE65Q80A est livré avec la même télécommande que le modèle 65QN95A que nous avions testé. Celle-ci est noire avec des boutons très facile à trouver sous les doigts mais il lui manque un rétroéclairage. En revanche, on apprécie le fait qu’elle puisse se recharger à l’aide d’un panneau solaire installé sur sa face arrière. Si toutefois la lumière venait à manquer, il est toujours possible d’utiliser un câble USB pour recharger sa batterie.

Samsung QE65Q80A details on 012

En résumé

Alors que nous nous attendions à un téléviseur assez "classique" et sans grande saveur, il s’avère que le Samsung QE56Q80A nous a plutôt agréablement surpris. En effet, il affiche une très belle image même sans panneau Neo QLED, avec une bonne fidélité des couleurs et une certaine maîtrise des noirs, affichant un très bon niveau de contraste et proposant également une haute luminosité. Il sera très bien pour regarder des contenus de jour comme de nuit où dans ce dernier cas, il offre des prestations inférieures à celles des TV OLED mais ne démérite pas pour autant. On apprécie également sa large compatibilité Ultra HD à 120 Hz ainsi que son très faible retard à l’affichage, des fonctionnalités intéressantes pour les joueurs exigeants. Selon nous, ce téléviseur offre donc un très bon rapport qualité/prix.

La TV Samsung QE65Q80A par ON-mag

Photos officielles de la TV Samsung QE65Q80A

>>> À LIRE ÉGALEMENT : TOUS NOS TESTS DE TÉLÉVISEURS

Spécifications

  • Type : Télévision Ultra HD LCD à rétroéclairage LED et filtre Quantum Dot
  • Taille de l’écran : 65 pouces (165 cm)
  • Définition : 3840 x 2160
  • Convertisseur/mise à l’échelle : Oui
  • Compatibilité : HDR, HDR10+, HLG
  • Système : Tizen
  • Contrôle vocal : Oui
  • Connectivité : WiFi, Bluetooth, 4x entrées HDMI 2.1, 1x sortie optique, 2x prises USB 2.0, 1x entrée Ethernet, 1x entrée antenne, 1x entrée satellite, 1x entrée câble
  • Compatible Sony PlayStation 5 / Xbox Serie X : Oui
  • Pied : au centre
  • Dimensions (l x h x p) : 1446 x 829 x 54 mm (sans pied)
  • Poids (avec pied) : 27,8 kg
  • Prix : 1500 €
  • Site du fabricant : Samsung

Notre avis

  • Usages & fonctionnalités : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange (4,5/5)
  • App & ergonomie : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise (4/5)
  • Design/Finition : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange (4,5/5)
  • Connectivité : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)
  • Qualité d’image : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange (4,5/5)
  • Qualités sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue (4,5/5)
  • Rapport qualité/prix : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange (5/5)
  • Intérêt : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue (4,5/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Samsung

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework