icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss
  • Accueil

Concert : la pianiste Elisabeth Leonskaja en récital au Théâtre des Champs-Elysées

Elisabeth Leonskaja

  • Franz Schubert : Sonate en mi majeur D.459 ; Wanderer Fantasie en ut majeur, op.15, D.760 ; Sonate en si bémol majeur D.960
  • Elisabeth Leonskaja, piano
  • Théâtre des Champs-Elysées
    Mardi 27 novembre 2018, 20 h
    www.piano4etoiles.fr
    www.theatrechampselysees.fr

Elisabeth Leonskaja, pianiste d’exception, propose ici un voyage au cœur de l’univers pianistique immense de l’auteur de La Belle Meunière et du Voyage d’Hiver

Opéra : Candide, un gigantesque vaudeville existentiel !

Candide Berlin


©Monika Rittershaus

  • Leonard Bernstein : Candide. Comic Operetta en deux actes. Livret de Hugh Wheeler d'après la nouvelle ''Candide ou l'Optimisme'' de Voltaire .Adaptation de John Caird. Texte chanté de Richard Wilbur. Textes additionnels de Stephen Sondheim, John Latouche, Lillian Hellman, Dorothy Parker et Leonard Bernstein
  • Alan Clayton (Candide) ; Nicole Chevalier (Cunégonde) ; Franz Hawlata (Voltaire/Dr Pangloss) ; Anne Sofie von Otter (La vieille Dame) ; Dominik Köninger (Maximilian) ; Maria Lewecki (Paquette) ; Adrian Strooper (Le Gouverneur) ; Ivan Turšić (Vanderdentur) ; Tom Erik Lie (Martin)
  • Chœurs et figurants du Komische Oper Berlin
  • Orchestre du Komische Oper Berlin, dir. Jordan de Souza
  • Mise en scène : Barrie Kosky
  • Chorégraphie : Otto Pichler
  • Décors : Rebecca Ringst
  • Costumes : Klaus Bruns
  • Lumières : Alessandro Carletti
  • Dramaturgie : Maximilian Hagemeyer
  • Komische Oper Berlin, le 24 novembre 2018 à 19 h 30
  • Et les 1, 12, 21 & 31/12/2018, 10 & 25/1, 3/2, 27/3, 3/4, 30/6/2019

Il est une autre scène à Berlin, le Komische Oper, qui jouit d'une belle réputation de créativité. Depuis le fondateur Walter Felsenstein jusqu'à aujourd'hui Barrie Kosky, on est là à la pointe de l'innovation. Pour commémorer le centenaire de la naissance de Leonard Bernstein, était organisé un festival, ''Bernstein 100'', où étaient présentés plusieurs concerts et une nouvelle production de Candide. Un spectacle ébouriffant d'humour et d'inventivité dans sa mise en scène trépidante, et enivrant musicalement, triomphe d'une troupe bien rodée qui a su intégrer une brochette de stars internationales. Une réussite saluée par un public plus qu'enthousiaste. 

Test enceinte Dali Oberon 5 : une petite colonne danoise, stylée, dynamique et grande charmeuse

Dali Oberon 5 test OnMagFr

La nouvelle série Oberon s'inscrit en début de gamme de la marque d'enceintes danoise Dali. L'Oberon 5 en est la petite colonne, conçue pour être à l'aise dans tous les espaces. Équipée de haut-parleurs exclusifs et d'une esthétique raffinée, elle conjugue avec talent grave musclé et définition sonore, pour un prix serré.

Opéra : Hippolyte et Aricie entre abstraction et magie musicale

Hippolyte et Aricie Berlin 1


©Karl & Monika Forster

  • Jean-Philippe Rameau : Hippolyte et Aricie. Tragédie en musique en cinq actes (3ème version de 1757 avec quelques passages de la 1ère version de 1733). Texte de Simon-Joseph Pellegrin d'après la tragédie ''Phèdre'' de Jean Racine
  • Renoud van Mechelen (Hippolyte) ; Anna Prohaska (Aricie) ; Magdalena Kožená (Phèdre) ; Gyula Orendt (Thésée) ; Elsa Dreisig (Diane) ; Roman Trekel (Tisiphone) ; Peter Rose (Pluton) ; Ariane Queiroz (Œnone) ; Michael Smallwood (Mercure) ; Sarah Aristidou (La Grande Prétresse de Diane & Une Matelote) ; Slávka Zamečniková (Une Chasseresse) ; Serena Sáenz Molinero (Une Bergère) ; Linard Vrielink (Première Parque) ; Arttu Kataja (Deuxième Parque) ; Jan Martinik (Troisième Parque)
  • Staatsopernchor
  • Freiburger Barockorchester, dir. Sir Simon Rattle
  • Mise en scène : Aletta Collins
  • Décoration et animation lumineuse : Ólafur Eliasson
  • Lumières : Olaf Freese
  • Dramaturgie : Detlef Giese
  • Staatsoper Unter den Linden, Berlin, le 25 novembre 2018, à 18 h. Et jusqu'au 8 décembre  

Une première à la Staatsoper Unter den Linden que la présentation d'Hippolyte et Aricie de Rameau. Belle idée de l'avoir inscrite au répertoire à l'occasion de ces premiers BarockTage. Autre événement : la présence au pupitre de Sir Simon Rattle qui tout juste parti de la Philharmonie de Berlin, revient en cette ville, à l'opéra cette fois. Pour promouvoir Rameau, un compositeur qu'il chérit pour l'avoir déjà abordé, entre autres, au Festival de Salzbourg dans les années 90 avec Les Boréades. « On ne réalise pas combien il y a là de riche schéma d'art », souligne-t-il. Pour cette nouvelle production berlinoise, son interprétation offre une vision au plus près de la coulée ramiste, de ce son français souvent sombre. Magnifiant une écriture généreuse qui fera dire à Campra qu'« il y a dans cet opéra assez de musique pour en faire dix ». Une interprétation confortée par une distribution de haut vol. Dans une mise en scène audacieuse à défaut d'être totalement explicite.

Les lecteurs réseau Pioneer gagnent la compatibilité MQA

pioneer MQA

Pioneer a ajouté la compatibilité MQA à trois de ses appareils via une mise à jour firmware. Ce format de fichier haute définition qui fait de plus en plus parler gagne à être disponible sur des appareils grand public comme ceux de Pioneer. Le format MQA a pour but de vous faire écouter la musique telle qu'elle a été enregistrée en studio. 

Test casque Sharkk Bravo : une alternative hybride électrostatique/dynamique abordable

gal sharkk bravo 003

2008, naissance d'une idée, celle que les systèmes audio actuels n'offrent pas la meilleure qualité possible. Après 5 ans de gestation, la compagnie audio américaine Sharkk est fondée. Pour départ, elle se lance dans la réalisation d'un prototype de casque audio basé sur la technologie Electrostatz de VeriSonix Ltd, combinant un haut-parleur dynamique et un autre proche de l'électrostatique. C'est ainsi qu'en 2016, le casque Sharkk Bravo, équivalent du VeriSonix N100B, se retrouve propulsé sur la plateforme Indiegogo puis disponible un an après via Amazon. Remonté à bloc après un bon mojito et des vacances qu'il n'a pris que fin septembre (snif ! ), Slavi du blog kksk en a donc profité pour tester cet équipement peu répandu, mais très intéressant !

Guide de la HiFi 2018 - la vraie de vraie, faite pour durer - est arrivé

Guide Hifi 2018 by OnMagFr 3

Nous venons de sortir le nouveau numéro de notre magazine numérique. Il est consacré à la HiFi, la vraie de vraie, faite pour durer. Il contient 30 tests détaillés d'amplificateurs intégrés stéréo, enceintes acoustiques, platines vinyles... et même d'un bon vieux lecteur de CD.

Emotiva Stealth PA-1 : mini bloc mono de 300 Watts en classe D pour de la Hifi ou du Home Cinéma explosif et abordable

Un mini bloc mono de 300 Watts en classe D chez Emotiva

Quand la débauche de puissance se fait toute petite grâce à la classe D, Emotiva en profite et sort le Stealth PA-1. Ce mini-amplificateur mono saura s'adapter à de multiples utilisations. Sa conception a été dictée par les attentes des studios professionnels en termes de fiabilité et de qualité de restitution sous des puissances importantes.

Concert : L'Italie de Monterverdi par l'Akademie für Alte Musik Berlin

Georg Kallweit


Le violoniste Georg Kallweit / DR

  • Antonio Bertali : Sonata a 6. Sonata a 5
  • Marco Uccellini : Sonata Decima Otatava a doi violini
  • Giulio Caccini : ''Amarilli, mia bella''
  • Andrea Falconieri : Passacaille a 3. Pièce pour deux violons et basse continue
  • Giovanni Valentini : Sonata a 5
  • Giovanni Antonio Pandolfi Mealli : Sonata Quarta ''La Biancuccia''
  • Biagio Marini : Sinfonia sesto tuono
  • Giovanni Legrenzi : Sonata a 5 ''La Fugazza''. Improvisation au luth
  • Benedetto Ferrari : Chaconne
  • Claudio Monteverdi : ''Pur i miro, pur i godo'', extraits de La Division du Monde et du Couronnement de Poppée
  • Heinrich Ignaz Franz Biber : Serenada a 5
  • Akademie für Alte Musik Berlin, dir. Georg Kallweit
  • Pierre Boulez Saal Berlin, le 25 novembre 2018 à 11 h

Un des premiers concerts des « Journées baroques » donnait à entendre l'Akademie für Alte Musik Berlin, en court : Akamus, un ensemble célébré ici à en juger par l'assistance nombreuse et recueillie. Qui porte haut les couleurs du baroque à Berlin comme ailleurs. Leur programme focalisait sur les contemporains et immédiats successeurs de Monterverdi, ceux qu'on peut ranger sous la bannière de la ''Camerata florentine'' et jusqu'au haut baroque. Des musiciens créatifs qui ont écrit des pièces instrumentales d'une originalité novatrice. Elles étaient données dans l'écrin étincelant de la Pierre Boulez Saal, tout juste à côté du Staatsoper Unter den Linden, lieu désormais incontournable de l'offre musicale berlinoise.

Opéra : L'Orfeo de Monteverdi sous le charme de la régie de Sasha Waltz

Orfeo Monteverdi Berlin 1


Georg Nigl en Orfeo / ©Monika Rittershaus

  • Claudio Monteverdi : L'Orfeo. Favola in musica en un Prologue et cinq actes. Libretto d'Alessandro Striggio
  • Georg Nigl (Orfeo), Anna Lucia Richter (Euridice & La Musica), Charlotte Hellekant (Messagera & La Speranza), Grigory Shkarupa (Caronte), Konstantin Wolff (Plutone), Lucia Mancini (Proserpina), Julian Millán (Apollo, Eco, Pastore 4), Cécile Kempenaers (Ninfa, Pastore 1), Terry Wey (Pastore 2, Spirito), Fabio Trümpy (Pastore 3, Spirito), Hans Wijers (Pastore 5, Spirito), Florian Feth (Spirito)
  • Vocalconsort Berlin
  • Freiburger Barockconsort, dir. Leonardo García Alarcón
  • Mise en scène et chorégraphie : Sasha Waltz
  • Décors : Alexander Schwarz
  • Costumes : Beate Borrmann
  • Lumières : Martin Hauk
  • Vidéo : Tapio Snelleman
  • Staatsoper Unter den Linden, Berlin, 23 novembre 2018 à 19H30, et jusqu'au 30 novembre 

Le nouveau Festival baroque de Berlin, les « Journées Baroques », qui s'inspire d'une formule initiée il y a des années à Unter den Linden sous la houlette de René Jacobs, offrait pour sa saison inaugurale pas moins de trois opéras et une multitude de concerts. Dans les lieux prestigieux que sont le Staatsoper Unter den Linden et la Pierre Boulez Saal. Donner L'Orfeo et L'Incoronazione di Poppea de Monteverdi et Hippolyte et Aricie de Rameau, c'est fêter deux musiciens qu'on peut situer au début et à la fin de la période du baroque en musique. Singulièrement L'Orfeo, ''fable en musique'', qui ouvre grandes les perspectives du genre opératique. Était reprise la production due à Sasha Waltz et sa fameuse troupe Sasha Waltz & guests, la direction musicale étant confiée à Leonardo García Alarcón pour des débuts remarqués céans. Car voilà bien une soirée mémorable au regard de l'immense émotion éprouvée de bout en bout.

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework